Aide médico-psychologique (DEAMP)

L’aide médico-psychologique accompagne au quotidien des personnes âgées ou handicapées dans les gestes de la vie quotidienne (coucher, lever, toilette, habillage, repas, déplacements, etc.). Il a également un rôle d’encouragement et de soutien à la communication.

Aide médico-psychologiqueLa profession

L’aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d’accompagnement et d’aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d’enfants, d’adolescents, d’adultes en situation de handicap (que la déficience soit physique, sensorielle, mentale, cognitive, psychique, résulte d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant). Le rôle de l’AMP se situe à la frontière de l’éducatif et du soin. Il prend soin des personnes par une aide de proximité permanente durant leur vie quotidienne, en les accompagnant tant dans les actes essentiels de ce quotidien que dans les activités de vie sociale et de loisirs. Son objectif est d’encourager le dialogue et l’échange pour rompre l’isolement dans laquelle certaines personnes s’enferment, à cause de leur maladie ou par manque de relations sociales ou familiales.

L’exercice professionnel

Majoritairement, les aides médico-psychologiques (86 %) travaillent dans le secteur privé associatif, néanmoins quelques-uns exercent dans le cadre de la fonction publique territoriale ou de la fonction publique hospitalière. Le secteur associatif, les communes et le secteur hospitalier sont les principaux employeurs des quelque 53 000 aides médico-psychologiques en fonction. Ils exercent leur activité dans tous les établissements accueillant des personnes handicapées : instituts médico-éducatifs, maisons d’accueil spécialisées, centres d’aide par le travail ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les services à domicile.

Les salaires et les carrières sont déterminés par des textes réglementaires pour les professionnels du secteur public. Pour ceux du secteur privé non lucratif, des conventions collectives s’appliquent.

Les conditions d’admission

La formation est accessible sans condition de diplôme préalable. Pour entrer en formation, les candidats doivent s’inscrire aux épreuves d’admission organisées par les centres de formation en travail social.

  • une épreuve écrite d’admissibilité de 1 h 30 (questionnaire d’actualité comportant 10 questions),
  • une épreuve orale d’admission : entretien de 20 mn à partir d’un questionnaire ouvert renseigné par le candidat avant l’épreuve.

A NOTER : Les candidats titulaires de certains diplômes (DE d’auxiliaire de vie sociale ou d’assistant familial, Diplôme professionnel d’aide soignant ou d’auxiliaire de puériculture, BEP Carrières Sanitaires et Sociales, CAP petite enfance, etc.) sont dispensés de l’épreuve d’admissibilité (épreuve écrite).

A NOTER : La plupart des centres de formation en travail social proposent des préparations aux concours. Pour en savoir plus, consulter les sites des centres de formation.

Les modes d’accès

La formation est accessible :

  • en formation initiale (voie directe), financée notamment par les Conseils régionaux,
  • en situation d’emploi, financée par l’employeur,
  • en apprentissage ou en contrat de professionnalisation, financée par l’employeur,
  • dans le cadre de la Validation des acquis de l’expérience (VAE).

La formation

En formation initiale :

* Durée : 12 à 24 mois de formation.

* Fréquence : alternance entre la formation théorique et pratique

- 495 heures en centre de formation

- 840 heures de formation pratique sur le terrain employeur (2 stages de 420 h)

En formation en cours d’emploi :

* Durée : 18 mois de formation.

* Fréquences : regroupements de 5 jours consécutifs par mois au centre de formation

- 495 heures en centre de formation

- 700 heures de formation pratique sur le terrain employeur

- 140 heures de formation pratique hors établissement employeur

A NOTER : En conformité avec l'arrêté du 16 novembre 2005, des allègements de formation peuvent être consentis après vérification des diplômes, des connaissances et/ou de l'expérience professionnelle antérieure des demandeurs.

Portrait d'étudiants en travail social

Laurène Jouffrey, en formation AMP à l'IFTS d'Echirolles

Source : TSA, l'actualité de l'action sociale

 

La certification

La formation est sanctionnée par un diplôme d'Etat délivré par le Ministère chargé des Affaire sociales. La certification comprend :

- une épreuve écrite relative à la connaissance de la personne,

- la soutenance d’un compte rendu d’interventions,

- la soutenance d’un projet d’animation,

- une note écrite de réflexion sur une problématique professionnelle,

- une étude de cas à partir d’un document de synthèse élaboré par le candidat,

- une épreuve écrite de contrôle des connaissances sur la communication professionnelle et le cadre institutionnel,

- deux évaluations réalisées sur site de stage ou milieu professionnel.

Les possibilités d’évolution de carrière : Les AMP peuvent entamer une autre formation du secteur social en bénéficiant d’allègements ou dispenses, pour les métiers d’Auxiliaire de vie sociale, d’aide-soignant, de Technicien de l’intervention sociale et familiale, de moniteur éducateur, d’éducateur spécialisé.

Références

* Décret n°2006-255 du 2 mars 2006 instituant le Diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique

* Arrêté du 11 avril 2006 relatif au Diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique

* Circulaire n°DGAS/SD4A/2006/319 du 13 juillet 2006 relative aux modalités de la formation préparatoire et d’obtention du Diplôme d'Etat d'aide médico-psychologique